Facebook Youtube Pinterest Instagram

Donner mon premier stage: check. Dire qu’il n’y a pas si longtemps, je vous aurais dit: « Moi, transmettre? Euh non merci. » Pourtant: en décembre dernier, j’ai sauté le pas. Cette nouvelle année  rassemble beaucoup de nouveaux challenges pour moi. Je pense qu’Hilda, et votre soutien n’y sont pas pour rien. J’ai donc donné mon premier stage. Retour sur cette première [et pas dernière] nouvelle expérience.

Il y a peu, mes 10000 mondes et moi-même nous sommes posés, afin de dialoguer en tête à tête, enfin, en tête à mondes. Ce qui est ressorti de ce dialogue intérieur?
De plus en plus, je ressens le besoin de créer. Aller encore plus loin que le rôle de danseuse interprète.
Depuis que je m’en suis rendue compte, bizarrement, plein de nouvelles opportunités se sont offertes à moi. La première dont j’ai envie de vous parler, c’est le tout premier stage que j’ai donné.

Les Rendez-vous Parisiens et Hilda s’associent.

Mikael Fau, celui qui a créé les rdv Parisiens, dont je vous ai parlé ici, m’a proposé de le rejoindre dans cette belle aventure. L’union faisant la force, nous avons décidé de réunir nos compétences / réseaux / envies communes afin de développer ce concept tellement nécessaire aux danseurs /artistes curieux d’apprendre et de découvrir de nouvelles personnes/chorégraphes/artistes… Sans dépenser un bras à chaque fois. Vu qu’on en a que deux, on sait que c’est assez limitant lorsque le tarif est exorbitant.

Pour fêter ça, je me suis dit qu’il était grand temps que je passe aussi le cap. Mika me propose alors un créneau: je vais donc pour la première fois, intervenir en tant que danseuse/chorégraphe lors d’un workshop. Pression, moi? Mais non, pas du tout.

#vie de danseuse

En plus de gérer le « qu’est-ce que j’ai envie de proposer à ce workshop ? » la création des exercices, choix des musiques, création chorégraphique et tutti quanti, il a fallu gérer le paramettre: Planning.

Normalement, les Rdv parisiens, s’effectuent sur 3 jours. Mais le dernier jour du stage, impossible d’être là: des heures de répétitions se sont rajoutées à mon emploi du temps. 
Soit on annule, horreur, soit on réduit la durée du stage, moins pire. On a eu de la chance, les studios ont pu remettre le créneau horaire en location. Mon premier stage durera donc 2 jours. 

L’expérience.

Nous voilà le jour J. Cinq femmes sont avec moi, elles sont danseuses, comédiennes. L’atelier dure 2h. J’ai donc commencé par dialoguer avec les filles pour savoir qui elles étaient, ce qu’elles attendaient du stage, ce qu’elles aimaient, ou pas, de la danse. Puis vient le tour des plusieurs exercices de mise en condition et d’échauffement. Ensuite, c’est au tour de la fameuse phrase chorégraphique, la partie que nous aimons souvent plus que les exercices techniques.

L’interprétation, était mon leitmotiv. J’avais vraiment envie de proposer une chorégraphie avec un vrai univers, mais qu’elles puissent danser à leur façon.

Ça a été un bonheur de leur transmettre les pas. Mais ça l’a été encore plus de les voir danser ce que j’avais imaginé.

C’est fou comme transmettre, c’est aussi un plaisir immense.

Il y a eu un Moment magique, ce jour-là.

Bien qu’elles aient appris les mêmes pas, lorsqu’elles dansaient ensemble, j’ai pu voir clairement que chacune racontait son histoire. Un vrai cadeau de voir ça!

Connexion

Le deuxième jour, c’est avec un trio que je travaille. Un peu dans la même veine au niveau des exercices, j’ai changé ma méthode lors de la phrase chorégraphique.

J’étais curieuse: qu’est-ce que cela fait si l’on danse la même chose, mais en regardant, genre, vraiment, quelqu’un? C’est assez fou comme une consigne peut changer totalement la manière d’interpréter et de bouger le corps d’un artiste: la différence sur les trois personnes était assez frappante! 

Nouvelle facette.

Ces deux jours m’ont mis l’eau à la bouche. L’échange était si bon et beau. Avec un planning un peu plus sûr, j’ai envie d’explorer encore plus loin cette nouvelle passion, qui n’est donc pas le keno, mais bien la transmission de mes idées par la danse et la création.

Affaire donc à suivre? Définitivement oui. Maintenant que le cap est passé, je crois bien que vous risquez de me voir de temps en temps proposer des workshops. On s’y rencontrera prochainement?

Au fait, les prochains rendez-vous parisiens, ce sera Adrien Ouaki qui va intervenir, mais chuuut, vous ne dites pas que je vous l’ai dit?  

Bisous Biche.

Hilda.

Ps: Nous recherchons de nouveaux intervenants « Les rendez-vous parisiens » pour cette année 2019! Si vous êtes intéressé/e/s

Envoyez-nous un message via: 

<3 Re-Bisous Biche.

Hilda