Facebook Youtube Pinterest Instagram

Je suis danseuse et non-fumeuse. Oui, c’est possible.  Et pourtant, avant je fumais. J’ai arrêté il y a un an. Ou inversement. J’ai commencé ma nouvelle vie il y a un an: maintenant, c’est comme si ma vie de fumeuse n’avait jamais existé.  Je sais Ô combien on peut se mentir à soi-même: « non,  mais je fume qu’en soirée moi. », « je peux arrêter quand je veux », « je fume pratiquement pas, je suis pas accro ». Hahaha x12000 . Moi aussi je me disais ça. Le résultat? Cinq ans à raison de 10 cigarettes par jour au minimum.  Mais j’ai trouvé un happy end.

La vraie vie est celle qui se passe sans fumée. Sans odeur de vieux cendrier froid constant, sans stress de « il me reste que deux clopes dans mon paquet », sans nicotine dans le corps qui te fait croire que la cigarette ça détend, déstresse, ou l’inverse ,en fonction de ce que t’as envie de croire sur le moment. Aucune morale ne se trouvera ici, mais j’ai décidé de vous partager ma réflexion et mon expérience parce que… C’est comme ça que j’ai arrêté.

En voyant que d’autres l’ont fait aussi. J’ai réussi à me débarrasser de ce boulet dangereux et constant à la cheville, enfin aux poumons. Alors, si le partage de mon cheminement jusqu’à ma nouvelle vie de non-fumeuse peut aider certaines ou certains d’entre vous à rejoindre le côté bright de la force. Je serais comblée.

Le gros problème que j’ai eu avec la cigarette: c’est l’image que j’en avais.

Dans les films, sur les photos, la cigarette est souvent liée au plaisir,  un personnage charismatique, ou bien à un moment passionnant… Mais franchement si on remplaçait la cigarette par un gant Mapa, ou bien une fiole de mazout, est-ce que la situation nous ferait rêver ?

J’ai commencé à fumer pour me sentir appartenir à un « groupe ».

Dans notre métier, beaucoup, énormément , trop de personnes fument. Et je crois avoir commencé malheureusement pour me sentir appartenir à un groupe. Je voulais faire partie du groupe « les danseurs qui fument ». Ils avaient l’air cool. Qu’est-ce qu’on peut être bêtes parfois. Parce que j’ai vraiment cru que fumer m’aiderait pour ma confiance en moi et/ou que ça faciliterait mes liens avec les autres. Ben oui, les gens qui fument c’est forcément des gens forts, charismatiques, qui savent ce qu’ils veulent dans la vie. Fumer va évidemment m’aider.

Ce qui est drôle c’est que c’est tout le contraire.

comme moi souvent.

Quelle est la force d’être accroc à une drogue? Où est le charisme lorsque tu stresses à l’idée de ne pas trouver de bureau de tabac ouvert et que tu pètes un câble? Quel plaisir lorsque tu perds 6 minutes de ton temps à consumer ce truc, qui te fait sentir la cendre tout le temps?

J’ai essayé trois fois avant d’arrêter de fumer.

La première fois, c’était lors des répétitions du spectacle « Frozen » ou la Reine des Neiges,  à Disneyland Paris, en 2015. Ce qui me motivait en premier? Economiser de l’argent. J’en avais marre de dépenser des sous pour ça. Je m’étais même mis un objectif escarpins Louboutin au bout du quatrième mois d’arrêt. J’ai tenu 10 jours.

Lorsque je me suis remise à fumer, j’ai beaucoup culpabilisé. Pas parce que je ne pourrais pas m’acheter des Louboutin, je préfère de loin des Sergio Rossi et Yves Saint Laurent, mais parce que je me sentais faible de ne pas avoir tenu ma parole.

Deux années supplémentaires à fumer.

Tellement déçue de ne pas avoir réussi, je me suis tout simplement crue incapable d’arrêter. Je serai donc un cendrier géant toute ma vie. Fantastique.

 

Mes lueurs d’espoir.

Et puis, dans mon entourage, des amis et collègues ont commencé à arrêter. D’abord Claire. Collègues, et fumeuses, toutes les deux lors de la production de « Castor et Pollux » au Théâtre des Champs Élysées en 2014, en 2016, au TCE toujours, lors de nos retrouvailles pour une autre production, elle est non-fumeuse.

 « Tu ne sais pas à quel point c’est bon de ne plus être esclave de cette m*rde. » Claire, 2016

Une première phrase qui me trotte dans la tête.
C’est vrai que fumer c’est régler sa vie autour de la cigarette: il faut prévoir sa pause-clopes, le temps d’aller chercher ton paquet de cigarettes au tabac, pour avoir toujours sa dose avec soi. Et si la répète dure un peu plus longtemps que prévue, l’envie de fumer te stresse, te déconcentre.. parce que tu es en manque de ta drogue. Dès que la pause arrive, la première chose que tu fais? Prendre ton paquet de clopes, et sortir peu importe la météo pour allumer ton poison.

 

Et si je réessayais d’arrêter?

Deuxième espoir: mon ami Clément. Danseur lui aussi, nous nous sommes rencontrés lors de la création du spectacle la Reine des neiges à Disneyland Paris, ma première tentative d’arrêt de cigarettes.

En 2015, nous étions fumeurs, en 2017, on se retrouve à la terrasse d’un café. Il est non-fumeur.
Je fume devant lui. Mais ça ne lui fait absolument rien.
Lui a lu le livre (référence à la fin de l’article). Et voilà, il a écrasé sa dernière cigarette quelques mois avant. Il est non-fumeur.

« Je n’ai absolument plus envie. Et je te jure,qu’en fait, c’est facile. » Clément, 2017

Facile? Mais pourquoi je n’y suis pas arrivée?

C’était presque comme ça sauf que Clement n’est pas un lapin, et que je n’ai pas pleuré dans un bois en tenue de Blanche-Neige.

Clément fumait au même rythme que moi. Et sa nouvelle vie de non-fumeur me donne envie: je veux arrêter de gaspiller mon temps et mon argent, et redevenir indépendante.

Deuxieme tentative: préparation.

Je décide d’une date d’arrêt: ce sera le lendemain de mon anniversaire.

Ça me laisse le temps de conscientiser toutes les cigarettes que je mets au bec. Je ne sais pas si j’en fume plus ou moins. Mais je suis vraiment motivée. Le lendemain de mon anniversaire, je fume ma dernière cigarette. Enfin presque…

Rechute.

Après un problème de santé qui finalement n’en était pas un, mais qui m’a servi de prétexte pour me faire croire que je devais fumer pour me déstresser, mon arrêt a tenu 10 jours. Pourtant j’étais vraiment décidée cette fois-ci. Ok, je sens que je vais y arriver mais il me manque un élément pour que mon arrêt soit définitif.

 

Quelques jours après, le stress une fois redescendu, je me rends compte que ça fait deux ans que je tourne autour du pot.  Je me pose enfin THE question, qui va tout déclencher.

Mais au fait, pourquoi je fume?

Pourquoi je fume? Avant d’arrêter, je me suis finalement demandée: pourquoi je continue d’être attachée à ce geste, et à cette substance, alors que je sais très bien que je ne veux plus de la cigarette dans ma vie?

En tant que danseuse, quand je fais un geste qui est faux et me fait du mal au corps: je le corrige, je l’annule, change et trouve le bon mouvement. Point. Qu’est ce qui m’empêche alors de faire la même chose avec la clope?

Et je trouve ma raison.

En dehors de tous les arguments santé, financier, et éthique, j’ai trouvé MA raison.
La raison pour laquelle je fume est complètement personnelle: fumer, me rattache à un moment de ma vie, que j’ai inconsciemment voulu ne pas oublier.

Ok. Je suis choquée.

Donc je me fais du mal pour ça? Et mince. C’est bon: devenir non-fumeuse me devient indispensable.

Jamais deux sans trois.

Je mets toutes les chances de mon côté. Pour me remettre en condition, je lis le fameux livre, référence à la fin de l’article. J’en suis sûre: cette fois-ci, c’est la bonne. Parce que j’ai trouvé MA raison personnelle qui m’incitait à rester dans cette vie de fumeuse. Et çà tombe bien, maintenant, je veux que cette raison soit derrière moi.

Et la vraie vie commence.

Le 8 octobre 2017, j’ai fumé ma vraie dernière cigarette. Et ma vraie vie a commencé. La sensation dans les jours qui ont suivi? Comme si je levais un voile sur ma vie. Quand je fumais, je ne m’en rendais pas compte, mais j’étais dans une brume constante qui m’empêchait de vivre les choses vraiment. Je vous jure, c’est assez incroyable comme ressenti. Comme si d’un coup, la lumière s’allume, et tu te rends compte de la vraie forme des choses, de leurs couleurs, même le goût et l’odorat se renforcent…

La conséquence concrète: ce blog.

Les bienfaits sur ma santé, mon humeur, le fait de ne plus sentir le tabac froid constamment, je le ressens comme une vraie réussite . Mais ce que ma vie de non-fumeuse me permet de réaliser, et qui vous parlera peut être plus que le fait que je respire mieux: C’est ce site.

J’ai retrouvé ma vie.

Le temps que je passais avant à: aller au bureau de tabac, acheter mes cigarettes, chercher mes cigarettes dans mon sac, chercher le feu dans mon sac, allumer ma cigarette, fumer ma cigarette, éteindre ma cigarette, et recommencer ça dix fois dans la journée au minimum… Maintenant je le passe à: écrire, créer,  publier des articles, réaliser des nouveaux projets, échanger avec les gens. A vivre quoi.

Danseuse et non-fumeuse

Quand j’ai commencé à fumer, j’ai cru que çà m’apporterait quelque chose dans ma vie. J’ai fumé pendant cinq ans, et qu’est-ce que ce que j’ai récolté? Cinq ans où j’ai abîmé mon corps et mon esprit. Je me suis empêchée d’avancer en m’anesthésiant de nicotine tous les jours. C’est fou quand même?

Maintenant je suis danseuse et non-fumeuse, et je suis plus qu’heureuse ainsi.

SI j’avais deux conseils à vous donner les voici:

1/ Ne commencez jamais à fumer

2/ Si vous n’avez pas respecté le conseil 1/, essayez d’arrêter, et continuez d’essayer jusqu’à devenir vous aussi non-fumeur. Soyez sincère envers vous-même et demandez-vous vraiment, pourquoi vous fumez encore? Une fois que vous aurez trouvé la réponse à cette question, croyez-moi: peu importe la méthode que vous choisirez pour arrêter, livre hypnose patches et j’en passe…  Moi j’y crois: vous allez y arriver <3

Bisous Biche

Hilda.

NB:

1/ Référence livre: « La méthode simple pour en finir avec la cigarette de Allen Carr  » Commandez-le chez votre libraire, il ou elle sera ravi/e  🙂

2/ Les photos de cet article, elles sont de Zoé Dumont. J’espère vous parler plus en détails prochainement de Zoé, parce qu’elle est  danseuse, professeur de danse et photographe talentueuse.  Si vous voulez la contacter, voici sa page Facebook.  Elle est basée à Biarritz, mais comme nous toutes et tous, elle voyage aussi. Dites-lui que vous venez de ma part <3

 

Re bisous Biche.

 

Hilda.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Footer