Facebook Youtube Pinterest Instagram

« Aimer être blessé ? Bon, écoute, Hilda t’as complètement perdu la tête la… ». Oui, alors, comme ça « à vue de nez » (ou vue d’oeil Julien V. ?) ça paraît un peu fou…

Nicolas <3

Mais je l’assume :  oui, danseuse et danseur, nous pouvons aimer être blessé car il n’y a pas que du mauvais à ce repos involontaire et forcé…  on peut même réussir à en profiter! Et je  vais  tout de suite vous expliquer comment…

 

Les faits.

 

Lorsqu’on devient danseurs professionnels, on le sait vraiment trop, mais les accidents : ça arrive vite. Malheureusement. On se blesse. Et c’est la plaie.

C’est ce qui m’est arrivé le mardi 28 novembre, en plein spectacle. Un mauvais atterrissage de portée, et bim: Bisous Hilda à dans 15 jours !

La déprime.

 

J’ai évidemment d’abord été triste, parce que ça me faisait mal et ça m’a foutu un coup au moral d’être bloquée chez moi .

Ma tête quand mon médecin du sport m’a arrêté 15 jours…

Puis je me suis énervée : Pourquoi moi, et pourquoi maintenant ? (vous avez remarqué comme une blessure n’arrive jamais au “bon moment” ? )

Un danseur après une blessure…

Ne pas pouvoir danser, être obligée de rester chez soi : c’est pas ouf comme sensation, je le reconnais.

Trouver des solutions.

 

Une fois le diagnostic posé (une petite dechirure du ligament tibio-talien tout de même),

Juste avant mon irm…

j’ai décidé que je ne continuerais pas à (broyer du noir, m’en vouloir, compenser en mangeant n’importe quoi) me laisser aller.

Mais comment donc profiter d’être blessée et de ce temps bloquée chez soi ?

  1. Se reposer.

On ne se le répètera pas assez chère danseuse, danseur, mais , le repos , c’est juste essentiel pour guérir (et/ou prévenir !).

Moi quand je crois me reposer alors que je squatte instagram…

Du coup, j’ai profité de ces deux semaines de convalescence, pour dormir le plus possible. Je suis restée chez moi, économisée mes mouvements…

Un bon résumé… sinon on parle du nom du gif???

 

  1.  Faire le point

Lorsqu’on est danseurs, ne pas pouvoir danser à cause d’une blessure c’est « excessivement énervant ». On s’en veut, on se refait le film de l’accident « et si j’avais fais ci ou ça.» etc etc….

Mais c’est un fait : on est blessés et on ne peut rien changer.

Par contre cette blessure, apporte du “temps”. Pourquoi donc ne pas utiliser ce temps “obligatoire” pour faire le point ? C’est une bonne façon aussi de dépasser son problème du moment, et de voir que finalement ça ne va peut être pas si mal  que ça dans sa vie?

Marraine la bonne fée vous le dit…

J’ai donc pris mes beaux carnets (j’adore les carnets) !. Et j’ai écris en repensant à mes rêves, mes envies, mes projets, et comment je pourrais les concrétiser. Coup de motivation garantie !

 

  1. Prendre soin de soi

Souvent avec le travail, on se laisse prendre par la tempête et on ne s’accorde pas de temps (pourtant necessaire) pour nous.

Par exemple, quand je me suis blessée,  les premiers jours, ,j’ai mangé n’importe quoi, je me stressais pour rien. Résultat: je déprimais et ruminais dans mon coin…

Absolument pas Bey. Tu te trompes.

Me rendant compte que ça ne m’aidait pas. Alors j’ai finalement décidé de:

 

  • prendre le temps pour des bains avec des jolies bougies qui sentent bon
  • lire des livres (dont je vous parlerai bientôt!)
  • découvrir une nouvelle série (the OA ! en tant que danseur cette serie est ouf !),
  • me remettre à la méditation.
  • aller au marché, m’acheter des bons produits frais, pour me cuisiner des bons petits plats

Merci kanye

Peu importe au final, ce qui vous fait du bien : convertir le temps d’inactivité obligatoire en temps pour soi, ça permet de se faire du bien au moral et donc au corps!

 

  1. Mieux travailler…

Après la blessure et le repos (plus ou moins long en fonction de la gravité de l’accident) , vient la rééducation.

Mon pied blessé avant la rééducation…

Ces moments de rééducation permettent de renforcer les endroits affaiblis. En regardant le coté positif des choses, votre kiné va vous aider à vous rendre meilleur ! C’est pas fantastique ça ?

Mon nouveau meilleur ami le bosu…

 J’ai donc fais un pacte envers moi-même : pour devenir meilleure,  je vais mieux travailler ma stabilité… Et j’ai aussi demandé à mon kiné quelques exercices supplémentaires pour d’autres parties de mon corps que je veux améliorer. (Tout bénef donc !).

Une Hilda avant renforcement de sa cheville ( accordée au tapis de chez son Kiné s’il vous plait).

  1. Etre entouré(e).

Etre seul peut être très bénéfique, mais attention lorsqu’on est blessés à ne pas s’isoler.

D’expérience, je dirai que nous, danseurs, n’aimons pas lorsque nous sommes « plus fragiles » que d’habitude, et nous aurions peut être tendance à « cacher » ces moments de faiblesse ?

Nous avons tous une part de Blair Waldorff en nous

Les amis c’est la vie!

Pendant ces deux semaines, mes amis sont venus me voir ( ils ont même pris le rer C, et ça, c’est une vraie preuve d’amitié !) pour passer du temps avec moi.

-J’ai beaucoup ri avec ma coloc Elina et mon amie Marie à faire des vidéos triller…

https://www.instagram.com/p/BcmNtn7n5O7/?taken-by=whyhildadance

(une de nos nombreuses vidéos…)

– Mon ami Michael B., avec la complicité de ma « copine à la vanille » Mélina, m’ont fait la surprise de m’emmener avec eux voir le spectacle de Preljocaj. ( Le ballet s’appelle “Fresque”, pour ceux qui seraient curieux d’aller le voir en scène…)

 

Voilà ce que veut dire aimer être blessé(e) : C’est transformer ce temps de convalescence en temps pour soi.

 

 

Alors, si par un malheureux accident vous êtes amenés à ce repos forcé tant redouté, rappelez-vous ceci: vous pouvez décider d’aimer être blessé et de profiter de ce moment pour revenir encore plus fort que jamais!

Meme encore mieux, pourquoi ne pas appliquer ces cinq étapes déjà dans nos vies pour plutôt prévenir que guérir… Vous relevez le défi? En tout cas, moi, oui!

Bisous

Hilda.

 

 

 

 

 

 

Footer