Facebook Youtube Pinterest Instagram

Andréa Bescond. Mais quelle claque je me suis prise ! Elle m’avait scotché dans son spectacle seule en scène co-écrit avec Éric Métayer, « Les Chatouilles ». Son intensité, autant dans le jeu que dans la danse, sans relâche du début à la fin de cette pièce m’avait ébahi…
Plusieurs mois après, j’ai eu la chance de faire partie de l’équipe de danseurs du film « les Chatouilles » (qui sortira en 2018) et de travailler avec cette femme débordante d’énergie et de créativité. Admirative de son travail et de sa générosité, je souhaitais en savoir plus sur elle. Lorsque je lui ai demandé une interview pour « Hilda », elle a tout de suite répondue présente !
Voici donc, la conversation, (au détour d’une quiche lorraine et d’un café allongé  ). que nous avons eu, juste avant qu’elle monte sur scène pour son nouveau spectacle « Leçons de danse ».

  1. Qui es-tu ?

Sans aucun doute : je suis une femme. Je me sens femme, je me sens maman, je me sens artiste, et je me sens : HEUREUSE ! Chanceuse et heureuse.

  1. C’est quoi la danse pour toi ?

Au moment où je ne trouvais pas les mots, la danse a vraiment pris le dessus et m’a permis d’expulser un bon nombre de traumas, de sortir toutes les choses toxiques qui pouvaient m’envahir.

Sans la danse, je serai peut être morte d’un cancer ou de je ne sais pas quoi d’autre avant l’âge de 20 ans ?

Maintenant que j’ai évacué tout çà, la danse représente pour moi la poésie, la beauté… Je suis toujours touchée profondément quand je vois de beaux danseurs…

photo: Paolo Nicebeing

  1. Tes souvenirs les plus marquants ?

Lorsque j’ai du Krumper pour la première fois à Los Angeles à Lancaster ! On était partis avec Malika Benjelloun et Grichka

Pour expliquer l’événement, ça se passait comme une cérémonie, très spirituelle… Et il y avait ce pasteur qui supervisait l’évènement.

Ce pasteur, a su qu’il y avait trois petits français, parmi eux, qui s’intéressaient au Krump… Et il nous a invité à monter sur scène, devant tout le monde…

On était aux prémices de l’existence du Krump, on était les premiers français à traverser l’atlantique pour aller voir ces personnes là-bas et danser avec eux…

Cet évènement a fini par circuler sur YouTube….

A notre retour en France, tous les gens qui krumpaient à Paris et dans les environs, avaient vu cette vidéo, … Et ce souvenir incroyable, a permis de tous nous souder… Le vrai début du mouvement « Krump » en France. C’était énorme.

Pour ceux qui ne connaissent pas le krump, un aperçu par Andrea elle-même…

  1. Comment de danseuse, en es-tu venue à t’exprimer aussi en tant que comédienne sur scène ?

Depuis toujours, j’ai besoin de raconter une histoire.  J’ai rarement aimé danser juste pour la beauté du mouvement.

J’ai eu une solide formation de danseuse académique (Rosella Hightower, Cannes, et le CNSM de Paris).

Mais en tant que danseuse pro, j’ai toujours été un électron libre, je faisais un peu de hip hop, de contemporain… Je n’ai jamais vraiment eu d’étiquettes… Ludovich Ilolo  (collectif les gens de) parlait de moi en tant « qu’interprète »…

Puis j’ai rencontré Éric Metayer, et il m’a dit : « tu es faite pour le théâtre. Tu dois jouer. » J’avais 28 ans et j’y pensais, mais les contrats en tant que danseuse s’enchainant, je ne me posais pas plus la question que ça…

 

Eric Metayer et Andréa Bescond. Photo Emilie Deville.

Eric m’a incité à passer l’audition pour « les 39 marches », qu’il mettait en scène. J’y suis allée incognito (je ne voulais pas être choisi parce que nous vivions une histoire d’amour).

Ca a été compliqué mais, au bout de deux call back, j’ai réussi à avoir le rôle !. Et de la, ça a roulé…

« Ce que j’aime, et ce que j’ai toujours aimé, c’est rentrer dans la peau de personnages, qu’ils soient loin ou proches de moi. Alors, interprète, finalement, c’est ce qui me correspondrait le mieux. »

Ca me fait penser, pour notre dernier spectacle « leçon de danse », il y avait un article dans le canard enchainé pour notre dernier spectacle qui disait : « Andrea Bescond comédienne et « entre parenthèses »… Qui danse assez bien ! » J’ai trouvé ça dément !

  1. Comment travailles-tu ? Comment construis-tu tes personnages, ta chorégraphie ?

Je réfléchis beaucoup. Cela peut parfois être un défaut puisque j’intellectualise tout.  Et en même temps je suis une folle de boulot !

Je travaille et me rassure avec la précision des choses. La précision c’est pour moi comme une partition « parfaite ». De cette technique-là, je peux m’amuser à lâcher les énergies et laisser mon instinct prendre le dessus par la suite…

Je pense aussi que le travail amène la rapidité de compréhension. Je ne suis pas une « Tracqueuse » même si paradoxalement je ne vais pas avoir une énorme confiance en moi. Mais en ce qui concerne le travail : je me fais confiance. J’arrive à trouver mes directions de manière instinctive.

Et j’écoute. Chaque critique me fait avancer. SI une personne dit quelque chose, je laisse mon ego de coté et sa parole me fait écho.

Andrea lorsqu’elle a reçu le Molière 2016 seule en scène pour “Les Chatouilles”.

  1. Qu’est ce qui t’inspire chez un/e danseur/se, un/e artiste ?

La singularité. Il y a tellement de gens qui ont du talent ! La carrière, la mise en lumière, ce n’est qu’une question de timing et de rencontres. Donc, Pour moi un artiste « qui ne marcherait pas » ça ne veut rien dire. Tant que je vois de la singularité en lui, je suis inspirée et me laisse embarquer.

  1. Un secret dans le travail à nous partager ?

Le secret pour moi c’est de se dire qu’on peut toujours progresser. Il ne faut jamais se sentir arrivé par ce qu’on ne l’est pas !

On est dans une société kleenex , un jour t’es la, et le lendemain on t’oublie…

Donc : toujours se remettre en question, toujours continuer de travailler.

Surtout nous, on fait du spectacle vivant. Et dans le spectacle vivant : on doit (se) bouger !

Andréa en scène. Photo: Inglewood photographie

 

  1. Quels conseils donnerais tu aux danseurs et/ou artistes qui liront cet article ?

D’abord, être bien dans ses pompes.

Ensuite ne rien sacrifier pour une carrière. Jamais. Même si on adore notre métier.

Je suis moi-même une addict du travail, et vraiment dépendante à la création… Mais être centrée, savoir s’écouter, être bien avec soi, même si avec nos engrenages de boulot ce n’est pas simple, je pense que c’est très important !

Et enfin je dirai, ne pas vouloir prouver.

« Un artiste, quel qu’il soit, n’a pas besoin de prouver. Quand il le comprend et se laisse aller : il existe. »

Andréa Bescond

  1. Quels sont tes projets et comment les vis-tu?

Je suis à Paris. Je joue la « Leçon de danse » du jeudi au dimanche, je suis cool. Pour mon grand bonheur, le personnage que je joue, a la jambe cassée. J’ai donc une grande attèle sur toute une jambe et je ne suis pas en train de courir dans tous les sens ! Et j’apprécie beaucoup beaucoup !

Et puis en même temps, en début de semaine, je travaille sur le montage du film « Les chatouilles », avec ma monteuse Nathalie Desseine, et mon co-réal Eric Metayer. Pour une sortie prévue en 2018…

Eric et Andréa sur le tournage du film “Les Chatouilles”.

J’ai « presque », l’impression de vivre des vacances ! J’ai tellement joué « les chatouilles » qui est quand même un spectacle ereintant.  ( et qu’elle a joué 6 mois, 6 fois par semaine au petit Montparnasse, puis pendant 60 dates en tournée avec 5 dates par semaine en traversant la France en train, voiture ou bus… ) (je me suis permise de lui demander comment elle avait fait pour tenir, mais elle même ne le sait pas vraiment !).

Alors là, maintenant, je profite à fond !

Andrea et Eric, dans “Leçon de danse” du 14 septembre au 31 décembre, au Théâtre de l’oeuvre.

 

Interviewer Andréa fut une superbe expérience pour moi, surtout que je lui porte beaucoup d’admiration, en tant qu’artiste et en tant que femme. Ce moment privilégié avec elle me confirme ce que je pensais d’elle : c’est une femme talentueuse, pleine d’énergie et de gentillesse… Et j’ai vraiment hâte d’aller la voir une nouvelle fois sur scène en compagnie d’Eric Metayer sur la « leçon de danse » ! Qui m’accompagne ?

Je vous embrasse.

Hilda.

Pour en savoir plus :

Le site d’Andréa Bescond

Sa page Facebook.

Réservations pour « Leçon de danse »

Footer