Facebook Youtube Pinterest Instagram

J’ai rencontré Poundo  grâce à un shooting de Superbe: ,ous étions modèles toutes les deux pour une des campagnes de maillots de bain. J’ai tout de suite été éblouie par Poundo. Sa vibe positive, son énergie, sa bienveillance: j’ai tout de suite accroché ! Danseuses toutes deux, on s’est suivies sur les réseaux par la suite, et nous avons gardé le contact. Il y a peu, elle a dévoilé son premier morceau, a travers un clip IN-CROY-ABLE, et c’est là où on voit toute sa dimension. De la danse à la mode, du chant, à la direction artistique: tout en Poundo ne peut que t’emporter à te dépasser! Son premier EP allant bientôt sortir, j’avais envie de vous faire découvrir cette femme puissante, talentueuse, et si bienveillante: à lire et écouter sans modération <3

 1. Hello Poundo! Tout d’abord… qui es-tu?

 

Ah Ah. Je suis une super-héroïne des temps modernes ! Je danse , je chante, je joue, je dessine des vêtements, je fais de la direction artistique, je peux même venir cuisiner chez toi !

2 C’est quoi la danse pour toi?

La danse, c’est la vie. C’est une émotion, je ne peux pas mettre de mots dessus. Un sentiment de liberté unique et vibrant.

 

3. Pourquoi et comment la danse est arrivée dans ta vie?

J’ai commencé la danse à l’âge de 8 ans avec ma meilleure amie de l’époque. Mes parents tenaient absolument à nous faire faire (à mes frères, soeur et moi) des tas d’activités. C’est la danse qui m’a trouvé et depuis je n’ai jamais lâché. Par la suite, je suis entrée au Conservatoire de Boulogne-Billancourt. C’est là que l’envie d’en faire mon métier a pris forme.

4. Quelles sont tes plus grands souvenirs grâce à la danse?

 
J’ai plein de souvenirs liés à la danse. Mais j’en ai un pour toi 🙂
 
C’était avec Bill T. Jones qu’on ne présente plus. On était à Londres lors des répétitions finales du Broadway show “Fela!”. Il m’avait donné un solo donc j’étais super contente. Bref, il arrive ce matin là… et il m’a fait la misère !
 
Il m’a fait refaire mon solo entre 10 et 15 fois. On était sur la fin de la création après 2 mois de répétitions, on était clairement épuisés. Entre les solos, en coulisses, une personne de la production me donnait du sucre et du jus d’orange pour tenir. Et je suis revenue sur scène un bon nombre de fois pour refaire une énième fois mon solo.
J’étais à bout de force et de nerfs mais c’est Monsieur Bill T. Jones,  tu peux rien dire! De plus, s’il s’acharne sur toi, c’est qu’il a vu quelque chose en toi et c’est plutôt cool!  J’ai refais le solo tellement de fois !
 
Finalement, au bout de la “quarante-douzième” fois, il me regarde avec son air fier et me dit :
 
“I don’t want you to look good on stage. I want you to look great!”
 
C’est une de mes plus grandes leçons de vie.  Il a décidé de me pousser dans mes retranchements, au fin fond de moi-même pour donner la meilleure performance possible à un instant T pour mon solo.
 


5. Tu es une artiste pluri-disciplinaire et le 27 novembre… Tu sors ton premier Ep! Quel a été ton déclic pour te lancer?

Le déclic est venu à moi. J’étais à New York et je m’étais blessée lors de nos dernières représentations a Broadway.

J’étais rédactrice chef mode de deux webzines spécialisés en musique, art et lifestyle Okayplayer et OkayAfrica. J’ai demandé à l’un de mes anciens collègues s’il  connaissait un guitariste… histoire de jammer. Juste pour le plaisir! Un de mes futurs amis, Martin est donc venu chez moi et m’a fait travailler sur une mélodie. J’écrivais devant lui.

La fois d’après, il revient et me dit qu’il m’a auditionné pour un groupe New Yorkais. J’étais en état de choc. Il me dit donc qu’ils veulent me rencontrer et m’intégrer au groupe en tant que chanteuse principale. Et donc, j’ai commencé à jouer avec eux sur New York. Mon premier concert , j’étais pétrifiée!  J’avais un pupitre avec les paroles que j’avais écrite et composé moi-même. J’osais même pas parler entre les chansons haha! Donc, c’était carrément le leader du groupe qui parlait entre les chansons au début. Et puis au fil du temps, il pouvait plus en placer une… On ne pouvait plus m’arrêter haha!!! A tel point qu’une amie qui était venue me voir en concert m’avait dit qu’elle me reconnaissait pas tellement je devenais quelqu’un d’autre sur scène. 🙂

6. Tu peux nous en dire plus sur la construction de ce projet?

Ce projet est né à New York pendant l’expérience avec le groupe. J’ai compris que je ne voulais plus seulement être sur scène mais désormais sur le devant de la scène: j’avais des choses à dire.
 
Puis, il a voyagé et a mûri entre New York, Paris, Conakry et Dakar. Il est le fruit de mes voyages et de mes réflexions sur mon identité entre ces trois continents.
  
J’ai grandi à Paris, mes racines et ma culture sont africaines, sénégalaise et bissau-guinéenne. Mais c’est aussi mon expérience aux Etats-Unis qui m’a fait prendre conscience de ma condition de Noire et de ce que cela signifie dans cette société. Mon premier morceau “We Are More” parle de cela. Il parle de ce rapport à l’identité, de l’importance de savoir d’où on vient pour savoir qui on est. C’est pour cela que j’ai décidé de tourner le premier clip à Dakar (Sénégal). C’était comme un retour sur la terre de mes ancêtres après mes pérégrinations à travers le monde pour me trouver, et finalement, me retrouver chez moi. 
 


7. Comment crées-tu, quelles sont tes inspirations?

Mes inspirations sont l’histoire, la littérature, le cinéma, la musique, mes voyages, mes rencontres artistiques, ma famille. Bref la vie quoi!Quand je compose mes morceaux aussi bien musicalement que textuellement, je vois des images en simultané qui donne souvent la future direction artistique du visuel. 

 

8. Tu es lumineuse, pleine d”ondes positives, énergique, polyvalente dans ton travail…
Quel est ton secret!!?

Mon secret c’est la spiruline ! Lol.
Non, je crois que je suis née comme ça en fait. J’ai trop d’énergie, je parle tout le temps, je suis hyperactive… J’arrête jamais! 
J’ai mille idées à la minute et j’essaie de me concentrer au maximum sur ce qui me fait vibrer. 
 

9.Selon toi, d’où vient ta force ?! 

J’aime bien les prophéties. Par exemple, dans mon projet, je suis une fille héritière d’une lignée de femmes qui doit porter la voix des femmes dans le monde entier.
C’est à la fois une fiction et une mission. J’aime l’idée d’avoir une mission pour les femmes de ma famille. En particulier, l’idée d’incarner ma mère et ma grand-mère m’habite depuis toujours.

Je me dois d’accomplir des choses pour les sacrifices qu’elles ont consenti à faire pour moi. J’ai envie de les rendre fières et de porter notre culture et notre histoire au plus haut. C’est très important pour moi. Mes parents se sont battus pour nous éduquer et nous donner la chance de faire ce que l’on veut :  je veux donc leur rendre hommage du mieux que je peux.

 

10 C’est quoi le meilleur conseil qu’on t’ait jamais donné dans ta carrière artistique?

Leaders are Readers. L’éducation est fondamentale dans l’accomplissement de nos destinées. Sans une éducation continue, on réduit le champ des possibles. 
 

11. Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui aimerait se lancer, comme toi, dans un projet pluri-disciplinaire?

Il faut se former ! Apprendre sans cesse, c’est un chemin sans fin. Lire, regarder, écouter, fouiller sur internet… il y a des tutos partout. Il faut constamment emmagasiner des informations pour connaître son sujet sur le bout des doigts. 
 

12. Des dates de tournée prévue pour venir t’écouter?

Avec le reconfinement, tout le planning est chamboulé: pas mal de dates ont été reportées. Mais je serais bientôt de retour sur scène, je l’espère en décembre ! 
 


Un dernier mot à nous partager?  

 
Merci Hilda pour le soutien. 🙂 Je veux donner de la force à tous les artistes, les créatifs qui doivent s’acclimater à cette période extraordinaire. Il faut en profiter pour créer encore plus, se réinventer, pousser ses barrières créatrices et ne pas perdre espoir. On se voit à la “rentrée scolaire” ! (quand les activités reprendront)

Retrouvez Poundo: 

Sur instagram

Sur youtube

Je vous embrasse fort, et on se retrouve tout vite pour un nouvel article <3 

Love <3

HILDA