Facebook Youtube Pinterest Instagram

Mon corps, mon Amour. Lorsque je vous ai partagé cette “lettre à mon corps”,  je ne pensais pas que mes mots vous parleraient autant… J’imaginais bien que je n’étais pas la seule à avoir eu mes complexes, mes blessures… Mais vos magnifiques retours, et la naissance du mouvement #moncorpsestmonamour sur les réseaux m’ont énormément touché.  Alors, en ce jour de saint-valentin, cela me paraissait évident: pour cette deuxième série “Mon corps, mon amour”, ce n’est pas  que Hilda qui parlera. Non. Pour célébrer l’amour aujourd’hui, laissez-moi vous partager vos photos et vos écrits…

 

Si je suis devenue Hilda il y a cinq mois, c’est pour partager au plus grand nombre ce que nous vivons vraiment en tant que danseurs. Et notre rapport au corps est un des grands sujets que je voulais vraiment aborder.

Photo: Julien Verderi

 

Pour celles et ceux qui ne seraient pas danseurs , peut être que cela vous interpelle…

 

Mais oui: même si un corps de danseur peut paraitre “idéal” par rapport a l’image du  corps “parfait” que l’on a en tête, nous, danseurs, sommes parfois loin d’avoir confiance en nous… Et loin d’aimer notre corps.

Notre corps c’est notre outil de travail. Et nous sommes constemment face à lui.  En tentant de l’améliorer, de le perfectionner, de le faire évoluer: nous pouvons tomber dans les excès , mentalement se bloquer, nous pouvons même arriver à se détester…

 

Aujourd’hui je suis plus qu’heureuse de cet article, parce que ce n’est pas moi qui vais parler mais vous.

 

Le mouvement.

Après “la lettre à mon corps” que j’ai publié sur le blog, un mouvement a commencé à se créer sur Instagram…

 

Cela a commencé dans ma “story” ( une option d’instagram où l’on peut publier des photos pour 24 heures sur son profil) …

Elena G. la première <3

Remi, et une trace de sa blessure

Melina, ma copine à la vanille.

 

Et puis, vous m’avez envoyé vos photos, et cela m’a extrêmement touché!

Mon Julien R. <3

La belle Prisca.

Nicolas, alias @trashgo64 qui n’est pas danseur et a rejoint le mouvement!

 

 

Vos mots.

Puis  vous avez aussi posté vos photos sur les réseaux avec le hashtag #moncorpsestmonamour et vous avez vous aussi, écrit vos propres mots…

 

 

NICOLAS

« Être vous-même dans un monde qui tente constamment de vous rendre autre chose est le plus grand des accomplissements. »

 

Mon corps mon Amour, selon mon amie @whyhildadance mon Hilda a moi. Notre corps est notre ami, le reflet de nos joies et blessures , le miroir de notre âme … Donc prendre soin de lui est essentiel pour que notre âme soit belle. Si tu prends soin de ton âme , tente de convaincre les autres. Si tu prends soin de ton corps , tu n’as pas besoin de l’approbation des autres. Et si tu aimes en ton corps , le monde entier l’acceptera. Merci @julienverderi pour ces photos pleines de sens. #moncorpsestmonamour

 

JUSTINE G.

 

Mon corps, ma vie,

 

Je ressens le besoin aujourd’hui de te dire Merci.

Tu n’es pas juste une enveloppe, loin de la. J’ai tellement de chance de t’avoir, fort, bien qu’abimé par endroit, tu es moi. On se suit, on décide ensemble, on avance ensemble, on grandit ensemble.

Depuis toujours et pour toujours on est ensemble et pour rien au monde je ne voudrai être dans la peau d’une autre, ou d’un autre. Non!

Je t’aime en entier, avec nos défauts, non pas tes défauts, les nôtres. Oui, car nous sommes une identité. Tu fais partie de moi comme je suis à toi. Sans toi, je disparaîs. Quand tu es blessé, on souffre ensemble, quand tu danses, on vit ensemble.

Je ferai en sorte de ne jamais cessé de t’écouter, de t’aimer, je te le promets.

 

 

ALEX

J’ai mis un petit moment avant de me lancer mais je me décide enfin à suivre le mouvement de ma @whyhildadance
Sur les réseaux sociaux on me voit être fier de mon corps, de le poster sans réfléchir à ce que je fais mais c’est depuis peu que j’assume ce corps. Je vous passe les angoisses avant chaque publication. De peur d’être jugé, de paraître stupide, peu crédible.
Je n’ai pas toujours eu ce poids ni même cette morphologie: Avant, je ne me mettais jamais torse nu à la plage. J’avais des seins à la place des pectoraux et une jolie brioche que j’avais beau travailler, ne changeait pas. Et j’ai pourtant choisi un métier de “paraitre”…
Mais l’année dernière j’ai du passer par dessus ce complexe en dansant en shorty noir devant des milliers de personnes chaque week-end…

J’en ai jamais parlé mais cela a été l’épreuve la plus difficile de ma vie : Danser torse nu… Seuls mes amis très proches  savent au combien cela a été dur à faire.
Après de nombreuses années collèges, lycée à être le petit gros rigolo, j’ai enfin pris conscience que je ne devais pas subir mon corps mais en être fier. J’ai eu la chance de ne jamais subir de moqueries sur mon physique (mais eu la facilité de me moquer de celui des autres avant qu’ils s’attaquent à moi, sûrement pour me sentir plus fort… ) Une idée bien stupide.

Aujourd’hui je peux le dire : j’aime mon corps ! Même si certains complexes sont toujours là, j’aime mon corps peu importe les codes imposés.
#MONCORPSESTMONAMOUR

 

HARMONY

Laissez moi vous présenter mon corps, mon instrument de travail, mon amour. Suivant les conseils de @whyhildadance Aka Hilda.fr j’affiche mon corps et je le montre fièrement…
Quand on évolue dans un monde comme le nôtre, c’est à dire des danseurs, notre corps est énormément remis en question, votre taille, vos muscles, la longueur de vos jambes, tout est passé au microscope…Ce qui peut emmener certaines filles à vouloir le changer peut importe les conséquences…
Oui oui je vous parle bien d’anorexie ou même de chirurgie esthétique (ne nous voilons pas la face)
En effet, comme beaucoup dirait, je n’ai pas à me plaindre mais j’ai subis les railleries et les critiques comme beaucoup…
Ne vous laissez pas abattre aimez vous, aimez votre corps et acceptez le comme une bénédiction.

 

JULIEN V.

Photo: Hilda

Comme le dit mon amie @whyhildadance sur son blog « HILDA » considérons notre corps comme notre amour.
Considérons le avec amour.
Aimons notre corps.
Car lorsque l’on y réfléchit un peu , notre corps est la seule chose qui nous appartient réellement. Le reste n’est que superflus.
Notre corps est notre maison.
Une maison pas si grande que cela.
Il nous porte , nous suit , traverse les époques et nous protège. Pourtant il n’est pas large et prend peu de place sur cette terre.
Alors serrons lui la main. Car il est là. Beau.

 

Merci.

Que vous ayez partagé vos photos sur les réseaux, ou bien que vous m’ayez envoyé votre lettre, spontanément, je tiens à vous dire merci.  Je sais que cela n’a certainement pas du être évident.

Mais peut être que ces mots résonneront bientôt dans une tête qui a besoin de savoir qu’elle n’est pas seule à traverser ces moments. Et peut être que ça lui fera du bien.  Peut être même qu’elle se rendra compte qu’aimer son corps est finalement une priorité.

Je n’ai pas présenté toutes les personnes qui se sont joints au mouvement #moncorpsestmonamour  simplement parce que je n’ai pas pas pu demandé à tous les participants leur accord pour poster leur photo sur hilda. Le corps est intime, et #moncorpsestmonamour est un sujet qui me tient a coeur. Mon but étant qu’hilda.fr soit un endroit où l’on se sente bien, je ne posterai jamais de photos d’une personne à qui je n’aurai pas demandé l’autorisation.

Photo: Julien Verderi

#moncorpsestmonamour

Pour rejoindre le mouvement, “Mon corps, mon amour,” le principe est simple:

  • Si vous êtes sur les réseaux sociaux, postez une photo de vous et écrivez ce que vous avez envie de dire en utilisant le hashtag: #moncorpsestmonamour et identifiez -moi pour que je sache immédiatement que vous avez participé.  ( mon nom sur instagram @whyhildadance)
  • Si vous n’êtes pas très réseaux mais que vous voulez quand même partager vos mots, écrivez-moi en cliquant ici , en précisant “mon corps, mon amour” en sujet.

 

L’histoire “Mon corps, mon amour” ne fait que commencer. Et c’est ensemble que nous allons la créer…

 

Bisous Biche.

 

Hilda.

Footer